Biographie

Bannière Biographie

Tout part d’un besoin d’intensité, de vérité, d’extérioriser. Fred Labrie passe par des études en musique à Marie-Victorin et à l’UQAM où il aiguise son jeu de guitare et découvre sa voix. Depuis dix ans, le projet parcoure le Québec en passant entre autre par la Chanteaufête de Charlevoix, le cabaret du Festif de Baie St-Paul, l’Astral dans le cadre des Francofolies, le festival folk de Ormstown, le Divan Orange, Le Théâtre Petit Champlain à Québec, l’Isle-aux-Coudres et bien d’autres encore.

Après avoir enregistré le EP « Bruits Sourds » au studio Victor en 2012 (collaborations de Carl Bastien et Joce Tellier)  qui s’est hissé dans le top 20 de CKRL, Fred Labrie passe une année à l’École Nationale de la Chanson pour ensuite enregistrer avec Marcus Quirion, Julien Thibault et Andrew Beaudoin l’album « Dans la fumée claire » à St-Alexandre-de-Kamouraska, lancé au Verre Bouteille le 29 mars 2016.  Huit jours dans les bois isolés de tout feront naître ce premier opus qui a aspiré l’adrénaline, l’intensité et la vérité de l’urgence, du besoin d’amplifier le présent.  Loin du bruit et près du fleuve, le brouillard automnal et les nuits en kilomètres comme ambiance ont injecté un folk alternatif au projet puissant et touchant.

Note artistique

Un désir profond de défaire des nœuds, de crier plus fort, de murmurer avec plus de conviction et d’exploiter sans retenue les guitares.  Un folk alternatif qui puise dans l’introspection de la poésie et la rage rayonnante d’une musique qui fonce les yeux fermés dans un mur pas de taille.   De l’urgence d’être, d’avoir le dos droit et la tête haute, de ne faire aucun compromis, d’affirmer un son, une identité.

Sa création part d’une force refoulée, d’une fougue comme un élastique tendu depuis des années qui claque sans hésiter. Le calme de sa jeunesse inondée par le rêve entremêlé à l’hyperactivité urbaine a provoqué ce monde brute parallèle, intense, lunaire, festif, tourmenté et puissant qui nous happe à la réalité.  Touché par le vrai, par, par le non-léché, par les voix éraillées venant des tripes et par  les phrases coup de poing sous des gants de poésie.

Je suis un rêve puissant et fragile, une révolution naïve, je suis d’enracinement collectif…

Je suis une guitare au cardio solide, à la parole hyperactive et à l’âme romantique…

Elle fonce dans le tas et je la tiens comme une épée, comme un drapeau…

Je suis le vertige, l’adrénaline, l’énergie poétique, vos pieds qui frappent le sol…

J’ai l’ombre d’un doute qui me poursuit, l’ombre d’un petit gars qui me suit…

La scène, vous et moi en écho font résonner mille stades criant « j’existe »…

Je m’emmêle dans tout, je suis mille ficelles de questions… alors quand vous êtes là tout près, ça me rassure. Je me dis que vous cherchez vous aussi…